Un tour du monde des initiatives durablesReportages

31 août 2010

Parcourir les cinq continents en quête d’initiatives durables, pour mieux construire une société écologiquement viable. C’est le défi de Franck et Joanna, de l’association Organicvision. Ces deux globe-trotteurs racontent les préparatifs et les premières étapes d’une aventure qui les mènera aux quatre coins de la planète pendant plus d’un an.

« Quelles alternatives possibles à notre mode de vie basé sur le tout pétrole ? Comment notre société peut changer pour devenir écologiquement viable ? C’est ce que nous voulons vous faire découvrir à travers un voyage autour du monde où nous visiterons de nombreux projets passionnants couvrant la permaculture, l’éco-construction, l’herboristerie, l’autosuffisance, les villes en transition, les éco-villages etc. Nous, Franck et Joanna, un couple franco-allemand/polonais d’une trentaine d’année. Vivant encore récemment à Bruxelles, nous avons décidé de quitter une vie professionnelle plutôt classique (contrôle de gestion et communication) pour nous consacrer depuis août 2010 à notre passion commune : la recherche et le développement de solutions pour construire une société durable et respectueuse de la nature.

A dater de ce moment, nous avons commencé à mûrir notre projet en lisant de nombreux ouvrages allant de Nicolas Hulot à Hervé Kempf et en visitant quelques fermes biologiques en Belgique et en Espagne, comme l’éco-village Kasteel Nieuwenhoven (Sint Truiden, Belgique), où nous avons été captivés par la générosité et l’enthousiasme des gens rencontrés.

Durant les derniers mois en Belgique, Franck aura réalisé une mission de microfinance auprès d’une organisation soutenant l’agriculture rurale au Sénégal (Fédération des ONG du Sénégal) et aura participé à un stage Techniques Solaires de l’asbl Ateliers de la rue Voot à Bruxelles (Belgique), en réalisant l’auto-construction d’un chauffe-eau solaire et en se sensibilisant aux possibilités énergétiques illimitées qu’offre le soleil en utilisant des panneaux solaires et photovoltaïques. Cette expérience d’auto-construction nous a permis de réaliser qu’il était finalement simple de mettre en œuvre des changements concrets et pratiques dans la manière de gérer ses besoins domestiques en énergie. L’utilisation d’un four-solaire pour faire bouillir l’eau du thé à la menthe de fin de stage fut également un événement mémorable !

Ensemble, nous avons également appris à reconnaître et cuisiner les mauvaises herbes qui poussent dans tous les jardins en participant à l’atelier découverte des plantes sauvages comestibles à la ferme d’Uccle (asbl Tournesol, en Belgique). Dans la continuité, le stage « Sur-Vivre dans la nature » organisé à proximité de l’étang de Virelles (Belgique) par l’Aquascope de Virelles nous a permis de nous reconnecter avec la nature, apprenant à utiliser les plantes sauvages pour se nourrir, à se débrouiller au mieux avec le peu mis à notre disposition, à explorer un petit coin de Terre, à se rassembler autour du feu pour préparer et partager le repas, et enfin dormir à la belle étoile ou sous un bivouac improvisé. Une expérience que nous recommandons à tout le monde !

Depuis le 1er août, quittant logement et famille, nous avons commencé à explorer des initiatives durables européennes.

La première étape de ce périple nous a permis d’explorer l’éco-quartier Vauban à Fribourg (Allemagne) afin de comprendre comment cette ville est devenue la capitale verte de l’Allemagne et la ville européenne 2010 du développement durable urbain. Hébergé au cœur même de l’éco-quartier Vauban, notre première journée fût consacrée à la découverte des maisons passives développées depuis 1993 sur l’ancienne zone militaire de l’armée française et de la fameuse maison solaire à énergie positive « Heliotrop » construite par l’architecte allemand Rolf Disch. Le lendemain matin, le Professeur Wulf Daseking, Directeur de la planification de la ville de Fribourg depuis 20 ans, nous expliqua comment la révolution verte opéra en réaction à la crise énergétique de 1973 et face à la crise de Tchernobyl de 1986. A partir de cet instant, la décision fût prise de développer les énergies alternatives et de mettre en œuvre l’idée de ville compacte.

Le projet suivant amena nos pas au sein du Monastère des Bénédictines de Niederrickenbach (Suisse) afin d’en apprendre plus sur les plantes médicinales traditionnelles. Depuis 1914, ce monastère a développé l’art et la manière de fabriquer du thé à base de plantes médicinales récoltées à plus de 1000 mètres d’altitude, où ils sont dotés de propriétés anti-oxydantes particulièrement fortes. Durant cette courte période, ils ont pu parcourir l’ensemble du processus de fabrication du thé : cueillette à la main, préparation et découpage des plantes à la main ou grâce à une machine centenaire, séchage dans les charpentes en bois du monastère, ramassage méticuleux à la main et trie, mélanges des plantes et mise en boîte manuelle des différents médicaments naturelles ainsi constitué… tout cela sous la supervision de sœur Brigitta, 66 ans et une énergie incroyable, seul détentrice de ce savoir-faire si précieux !

L’association « Organicvision pour une société durable » s’est fixée pour objectif de diffuser des connaissances sur la multiplicité des pratiques et des modèles de vie équitable. Pour apporter une impulsion à leur projet, les fondateurs (Joanna et Franck Marion) ont décidé de se lancer dans un voyage autour du monde des initiatives durables depuis le 1er août 2010 à travers un parcours de 12 à 18 mois sur 5 continents, afin de faire découvrir, à travers articles, vidéos et photos : la permaculture, les villes en transition, les éco-villages, l’éco-construction, l’herboristerie, le commerce équitable… et rencontrer les acteurs qui les initient. Toujours à la recherche de partenaires média, de sponsors, de volontaires… ou tout simplement d’idées ou de suggestions, ils vous attendent sur leur site internet www.organicvision.org ou par email info@organicvision.org.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers Lyon (France) où le nouveau quartier durable Confluence se construisait et entrait dans sa seconde phase. Les visites n’ayant pas débuté, il fût difficile de se faire une opinion (favorable), en découvrant un ensemble bétonné qui ne nous parut pas refléter les constructions durables que nous imaginions. Nous reviendrons dans un an pour voir la suite du chantier et évaluer le concept de la ville durable selon la ville de Lyon.

Le passé, qui a beaucoup à nous apprendre sur notre futur, nous a ensuite rattrapé au chantier de Guédelon (France, région Bourgogne). Dans ce lieu, on utilise les techniques de constructions médiévales et les éco-matériaux locaux pour reconstruire un château du Moyen-Âge, créant 66 emplois et attirant 300 000 visiteurs par an.

Actuellement, nous participons pour une durée de 3 semaines à un cours de design en permaculture donné par Bernard Alonso et en éco-construction auprès de l’éco-centre du Périgord (France). Ce séjour donnera lieu à une newsletter spéciale sur la permaculture qui sera publié sur notre site http://www.organicvision.org en octobre 2010. N’hésitez pas à vous inscrire sur le site pour recevoir nos newsletters mensuelles automatiquement.

Nous quitterons l’Europe à la mi-septembre à destination du Canada, où nous vous ferons encore découvrir les initiatives que nous rencontrons, en particulier 3 fermes biologiques sur le chemin de l’autosuffisance ! »


A suivre…

Laisser une réponse