Court circuit : Un an avec quatre agriculteurs qui ont réinventé leur métier

17 février 2013

Comment court-circuiter la grande distribution et sortir de la crise actuelle qui touche le monde agricole ?  C’est la question que posent Stéphane Sarpaux et Nathalie Crubézy dans le livre « Court circuit ». Durant un an, ils ont suivi et documenté, saison par saison, l’expérience de quatre agriculteurs qui ont choisi de privilégier les circuits-courts. Un ouvrage qui montre l’envers du décor de ces paysans français dont le choix a façonné la manière de travailler.

Un maraîcher, un apiculteur, un arboriculteur et un chevrier : c’est le panel de professions que Stéphane Sarpaux* (journaliste) et Nathalie Crubézy (photographe) ont choisi de suivre pour comprendre le changement de direction qu’un agriculteur pouvait donner à son exploitation. En proie aux évolutions d’un marché mondialisé et des réformes de la PAC (ou Politique agricole commune de l’Union européenne), les agriculteurs doivent réinventer leur rôle pour sortir des contradictions d’un modèle qui ne leur convient plus.

Au travers du portrait de quatre exploitants, Stéphane Sarpaux offre une réflexion nuancée sur l’émergence des systèmes d’achat redonnant aux agriculteurs la capacité de négocier leur prix de production. C’est notamment le principe des AMAP (ou Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne). Elles consistent en un groupe de consommateurs qui préachète la récolte d’un agriculteur. Quant à ce dernier, il s’engage à livrer chaque semaine sa production, en respectant un cahier de charges.

Approche documentaire

Donnant à l’ouvrage une allure « documentaire », une série de photos vient également étayer le propos : portraits de ces hommes, de leurs produits et de leur exploitation, au fil des saisons. Ponctué d’anecdotes, le texte de Stéphane Sarpaux raconte également les joies, mais aussi les difficultés rencontrées par ces producteurs locaux. Au-delà des contraintes climatiques, ils composent avec l’augmentation du prix de l’essence, le temps passé aux distributions de paniers, de faibles rendements d’une saison à l’autre, etc. : devenir producteur d’AMAP est un long chemin.

Aussi, changer sa façon de produire demande de l’imagination. Épiceries participatives, ventes par Internet, marchés paysans… Les quatre producteurs locaux témoignent d’une série de ressources auxquelles ils peuvent faire appel.

Au fil de témoignages, cet ouvrage permet de suivre les réflexions quotidiennes d’acteurs de terrain et donne du sens à l’idée que « manger est plus que jamais un acte politique ».

Delphine DENOISEUX

* Stéphane Sarpaux a également été président de l’Amap des Chartreux à Marseille de 2006 à 2009.

Stéphane Sarpaux et Nathalie Crubézy, « Court circuit – Un an avec quatre agriculteurs qui ont réinventé leur métier« , éditions Yves Michel, 2012

Laisser une réponse