Une nouvelle force collective pour le Droit à l’habitatGestes pratiques

9 décembre 2014

C’est à l’ocassion de la Journée mondiale de l’habitat du 6 octobre dernier qu’est née le RWDH, le Rassemblement Wallon pour le Droit à l’Habitat. Le rassemblement de forces convergentes pour garantir un habitat à toutes les personnes et familles en Wallonie, à l’heure où débute une nouvelle législature. Un tel rassemblement existe déjà sur Bruxelles.

Le RWDH rassemble actuellement des habitants/citoyens ; des associations et fédérations : l’Association Wallonne des Commissions Consultatives Locataires-Propriétaires (AWCCLP), l’Association des Maisons d’Accueil (AMA), l’Association Régionale des Centres d’Accueil (ARCA), la maison d’accueil Banalbois, Dominos Lafontaine, les Equipes Populaires, la Ligue des familles, le MOC, Pose ton sac asbl, le Rassemblement Brabançon pour le Droit au Logement (RBDL), Relogeas, le Réseau d’Associations de Promotion du Logement (RAPeL), le Réseau Wallon d’Accès Durable à l’énergie (RWADé), Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP), Solidarités Nouvelles, l’Union Wallonne des AIS (UWAIS), etc.
Le Rassemblement pour le droit à l’Habitat est actuellement animé et hébergé par le RWLP, qui a obtenu une subvention de la Région wallonne pour y affecter un temps plein à la coordination.
Les associations, fédérations et personnes ayant répondu à l’appel s’attèlent maintenant à doter cette plate- forme toute fraîche de tout ce qui lui est nécessaire : un cahier de revendications commun ; une charte ainsi que des modalités de fonctionnement et une structure en propre ; un site.

Depuis 1985, chaque premier lundi du mois d’octobre est proclamé Journée mondiale de l’Habitat. Cette initiative des Nations-Unies a pour objectif de consacrer une journée pour réfléchir à l’état de nos villes et au droit fondamental de tous à un logement adéquat. Cette journée est également destinée à rappeler au monde sa responsabilité collective pour l’avenir de l’habitat humain (1).

Cette année, cet évènement a eu lieu le 6 octobre. Ce fut logiquement le jour choisi pour le tout neuf Rassemblement pour le Droit à l’Habitat de se faire connaître et de prendre sa place dans le paysage wallon.

Pour faire face à la crise du logement…

« On ne trouve pas un logement DECENT pour moins de 500€. Pour moi, il est important d’être près des commerces et avoir la possibilité de prendre les transports en commun. Et il est très rare de trouver un logement à 500€ bien situé. »
Dans une Wallonie qui doit aujourd’hui relever de sérieux défis, celui de loger sa population dans de bonnes conditions est central, gage d’équilibre et de stabilité pour traverser la vie. La crise du logement n’est pas nouvelle, et est particulièrement (et de plus en plus !) aiguë pour les personnes à revenus faibles, modestes et aujourd’hui aussi moyens ! Les loyers augmentent plus vite que les revenus. Parmi les 20% de ménages wallons percevant les revenus les plus faibles, un sur trois dépense plus de 40% de ses revenus au logement (2), et les coûts énergétiques grèvent encore davantage ceux-ci : pour les bénéficiaires du revenu d’intégration se loger mobilise jusqu’à 54% des ressources des familles, jusqu’à 58% pour un isolé (3) ! « Avec un revenu moins bon, [...], on va peut-être trouver [...], mais un appartement merdique ».

La qualité des logements accessibles à ces ménages laisse souvent à désirer sans qu’ils aient les moyens d’y remédier : un sur quatre souffre de problèmes de qualité de logement (4). « L’image de la maison d’accueil est défavorable. Si le propriétaire sait que l’on vient de Banalbois (5), il refuse la location». La discrimination à l’accès au logement reste une réalité, en particulier pour le public féminin. En effet, 28% des ménages déclarant avoir des problèmes de logement sont des familles monoparentales contre 22% de couples avec deux enfants et 20% de couples avec un enfant (6).

La spéculation immobilière n’arrange rien. Pourtant de nombreuses politiques sont menées en la matière, dont certaines visent particulièrement à apporter des réponses aux quelques problèmes précités. Entre effets d’aubaine, difficultés à intégrer les initiatives spontanées des citoyens, chute des revenus des ménages, rythme trop lent de construction de logement social, mobilisation complexe du logement privé, personnes particulièrement affaiblies, les efforts restent malheureusement encore de beaucoup trop faible ampleur.

… Le Rassemblement

Le RWDH se veut un mouvement fédérateur et populaire des forces vives du logement pour relever les défis liés à la crise du logement. Il regroupe des associations, mouvements, fédérations, avec la particularité que les habitants eux-mêmes, et surtout les personnes en situation de pauvreté ou d’appauvrissement, en font aussi partie.

Complémentaires aux initiatives locales et au-delà des intérêts particuliers en termes de logement, ces acteurs de la société civile travaillent à une concertation et une RWDH devienne une force – de veille, d’analyses, d’interpellations, de propositions/recommandations -, un interlocuteur des pouvoirs publics sur les questions transversales majeures de l’habitat en Wallonie/de l’habiter en Wallonie. Plus qu’une fédération, ce Rassemblement mettra tout en oeuvre pour rendre effectif le droit au logement, et plus largement le droit à l’Habitat/l’Habiter en Wallonie POUR TOUS et AVEC TOUS sans distinction et discrimination.

C’est le moment, c’est l’instant ! Au début d’une nouvelle législature cruciale pour la Wallonie et ses habitants, au moment du transfert des compétences du fédéral vers la Région qui offre des opportunités à saisir pour concrétiser ce droit au logement, le RWDH est en ordre de marche pour rencontrer le coup de gueule d’une citoyenne engagée « Il n’y a plus de temps à perdre, c’est urgent… Justice-Logement-Maintenant » ! L’accès à un logement, décent-payable-gérable-adapté pour/par l’occupant, est une condition de base de réduction des inégalités, gage d’un développement positif pour les personnes, pour la collectivité, pour la Wallonie.

Wallons et Bruxellois, mêmes combats !

Au fait, RWDH, ça vous évoque peut-être quelque chose ? Eh oui, il existe déjà depuis longtemps le RBDH, le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (7). La région-capitale subit depuis déjà plus de 20 ans une crise aiguë de l’accès au logement. En Wallonie, nous avons voulu à la fois exprimer la proximité avec Bruxelles en choisissant cette similitude dans le nom. Et puis, « Rassemblement » c’est plus fort que « plateforme », non ? Cela permet d’insister sur le rôle d’interlocuteur politique collectif que nous ambitionnons.

Article publié dans La Fourmilière, complément du Contrastes n°164 (sept-oct. 2014) des Equipes Populaires

(1) http://unhabitat.org/world-habitat-day
(2) IWEPS, Work paper n°16 Anne-Catherine Guio, Christine Mahy. http://www.iweps.be/sites/default/files/wp16.pdf
(3) R.Cherenti, Le panier de la ménagère… pauvre, Fédération des CPAS, UVCW, août 2008
(4) IWEPS, Work paper n°16 Anne-Catherine Guio, Christine Mahy. http://www.iweps.be/sites/default/files/wp16.pdf
(5) Banalbois est un centre d’accueil situé à St Hubert (province de Luxem- bourg), qui vise à « Accueillir les exclus de la vie pour les aider à prendre en main leur situation et à se préparer un avenir meilleur ». Membre du RWDH.
(6) Les facteurs de précarité. Photographie statistique des hommes et des femmes en Wallonie. IWEPS, 2008, p91
(7) http://www.rbdh-bbrow.be/?lang=fr

Laisser une réponse