L’école est finie

8 août 2013

Imaginez des écoles gérées par des enseignes commerciales. Des écoles où les élèves sont formés pour devenir des vendeurs. Des écoles où il n’y a plus d’enseignants mais des démonstrateurs pédagogiques. Ce petit roman de politique-fiction fait réfléchir petits (à partir de 9 ans) et grands à l’avenir de l’école.

« 2028. Sur le chemin de l’école certains enfants sont en tenue de travail. Ce sont les enfants des entreprises… En effet, l’école a cessé d’être gratuite et accessible à tous. Beaucoup de parents n’ont plus les moyens de financer la scolarité de leur enfant. L’éducation des plus pauvres est alors prise en charge par des enseignes commerciales. »

Albert fréquente l’école Jardins et Maisons. Son amie Lila, l’école Speed-fooding. Tous deux rêvent des écoles d’autrefois où l’argent et le commerce ne régissaient pas tout, où les enseignants étaient là pour passer leur savoir…

En cette période où l’école est de plus en plus instrumentalisée, ce court roman de politique-fiction nous fait réfléchir à l’école et à la société que nous voulons pour demain. Pour enfant (dès 9 ans), ados ou adultes. Et pourquoi ne pas suivre la lecture du roman par un débat sur l’accès à l’école pour tous, l’emprise des marques dans les établissements scolaires (et questionner le distributeur de soda dans le couloir) ou la privatisation de l’éducation ?

Laisser une réponse