Manage, à petits pasReportages

28 mai 2018

A l’Institut Sainte-Thérèse de Manage, école technique et professionnelle, l’année est rythmée par des ateliers du changement et autres actions en faveur de l’environnement. S’y impliquent élèves et enseignant.e.s volontaires, le plus souvent en dehors des heures de cours, plus rarement au sein même des cours. Dès la prochaine rentrée, s’ouvrira là une toute nouvelle section de technicien.ne.s en environnement. Découverte.

Derniers préparatifs pour les portes ouvertes de l’Institut Sainte-Thérèse à Manage. « On ne ferait pas un hôtel à insectes aussi ?, demande Dorian, élève de 5e secondaire, section Assistant·e aux métiers de la publicité. On avait fait ça l’année passée et les petits avaient bien aimé. On les anime autour de la construction de l’hôtel à insectes, puis on va avec eux sur le terrain chercher de quoi le remplir. » « Bonne idée, rétorque Thomas Verbeeren, professeur et coordinateur environnement de l’école. Tu t’en charges ? » Parmi les autres activités au programme pour l’équipe Objectif Terre de l’école : construction de bacs potager à partir de palettes récupérées et distribution de pots assortis de leurs graines. « C’est bien que les gens repartent avec quelque chose de concret », souligne Thomas Verbeeren. Une fois la liste du matériel nécessaire dressée, les rôles sont dispatchés. L’affaire semble bien rôdée.

Projets ponctuels

Si les portes ouvertes sont l’occasion de faire vivre au public quelques activités estampillées environnement, tout au long de l’année, entre les murs de cette école technique et professionnelle, d’autres projets voient le jour ça et là, à l’initiative du coordinateur environnement et avec le soutien de la direction. Le lundi midi, par exemple, c’est jour de vente de soupes de légumes de saison et locaux à prix mini. Des « ateliers du changement » animent aussi certains temps de midi. Dernièrement, élèves et enseignant.e.s y ont partagé et découvert comment faire germer des graines ou faire de la compote. Au programme des ateliers à venir : réalisation de kits de purin d’orties, préparation de pesto d’ail des ours, construction d’un compost ou encore fabrication d’une extension du poulailler de l’école. Qui veut vient aux ateliers du changement. Toute participation se fait sur base volontaire, en dehors des heures de cours. Dorian fait partie des quelques élèves fidèles au poste. « J’ai toujours habité en campagne, j’ai toujours été au contact de la nature et des animaux. Pour moi, c’est l’occasion de faire une activité extra-scolaire, de faire autre chose que suivre un cours. On est déjà assez assis en classe toute la journée. »

« Participent les élèves volontaires qui ont envie de s’engager, poursuit le coordinateur environnement. Et ce n’est pas toujours facile de capter les élèves, il faut bien l’avouer. C’est pour cela que l’on va essayer d’intégrer davantage la dimension environnementale au sein même des cours, là où les élèves se trouvent. » Des initiatives ponctuelles vont dans ce sens, en collaboration avec les profs de sciences et de français, comme la réalisation d’affiches sur l’empreinte carbone ou la rédaction de textes suite à la confection de compotes.

Par ailleurs, le poulailler a pris ses quartiers sur un large terrain appartenant à l’école. Cet espace jouxte les bâtiments scolaires du fondamental et du secondaire, ainsi que ceux d’une crèche. Du coup, tout le monde en profite. « Les petits viennent chercher ici leurs œufs tous les jours, ça leur fait une sortie. » Les étudiant.e.s du Centre d’’Enseignement et de Formation en Alternance (CEFA) viennent aussi ici mettre les mains à la terre, dans la serre ou les coins de potager.

Autres actions et nouvelle section

Parmi les autres actions entreprises par l’école dans le cadre de son projet Objectif Terre, l’acquisition de gobelets réutilisables, le renforcement du tri des déchets, installation de petites bouteilles dans les chasses d’eau… « Nous avons aussi supprimé tous les distributeurs de canettes et friandises, fait encore remarquer le coordinateur environnement. C’est un véritable engagement, car ces distributeurs permettaient des rentrées financières pour l’école. Mais on a fait ce choix, pour la santé des élèves et pour l’environnement. »

Suite à un audit énergétique de l’asbl Coren, les vieux frigos ont été débranchés pendant les vacances, des vannes thermostatiques installées sur les radiateurs, la chaudière remplacée. Et l’école devrait, dès l’année prochaine, concourir pour le label Agenda 21 scolaire. Par ailleurs, le projet d’établissement doit être revu et l’environnement y aura désormais sa place.

Autre projet à venir, dès la rentrée scolaire de septembre 2018 : l’ouverture d’une toute nouvelle section de technicien.ne.s en environnement. Un programme qui inclura des cours scientifiques, de l’aménagement du territoire, des techniques d’animation… Thomas Verbeeren explique : « L’idée est d’ouvrir les élèves à cette thématique, de leur proposer une nouvelle orientation et de nouvelles idées quant à des formations et métiers futurs, en lien avec l’environnement. » Les inscriptions sont ouvertes !

Céline Teret

En savoir plus :

Laisser une réponse