Les espèces exotiques envahissantes, un péril majeurClés pour comprendre

2 décembre 2021

Depuis qu’il voyage, commerce, circule, l’homme déplace, volontairement ou pas, des espèces animales ou végétales. Certaines d’entre elles deviennent alors envahissantes, causant d’immenses dégâts en termes de santé, d’économie, et de biodiversité. Des scientifiques tentent de réveiller les consciences.

Elles constituent l’une des causes majeures de la perte de biodiversité sur la planète, entraînant des problèmes de santé parfois dramatiques, occasionnant des dommages auprès des infrastructures ou des récoltes. Elles sont par ailleurs en extension constante et exponentielle. Et pourtant, les espèces exotiques envahissantes font rarement la une de l’actualité.

Les coûts occasionnés par les espèces envahissantes atteignent 162,7 milliards de dollars rien qu’en 2017, selon des scientifiques qui ont compilé différentes études.

Les chercheurs en écologie sonnent l’alarme depuis longtemps déjà, mais les effets sont malheureusement limités. « Peu de gens réalisent à quel point ces espèces sont importantes, regrette Camille Bernery, doctorante au laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution de l’université Paris-Saclay dans le domaine des invasions biologiques. Et c’est maintenant que ça se passe. » Faute d’être entendus, ces scientifiques, passant outre leur éventuelle prévention éthique à accorder une valeur financière à la biodiversité, ont décidé de parler le langage de l’argent… Ils ont patiemment compilé et analysé les différentes études reprenant les coûts occasionnés par ces espèces envahissantes. Avec un résultat interpellant : 1 288 milliards de dollars entre 1970 et 2017. Dont 162,7 rien qu’en 2017.

Ces chiffres, qui comprennent à la fois des dommages dus à ces invasives et les investissements consacrés à la lutte contre ces dernières (les premiers étant d’ailleurs « de dix à cent fois supérieurs aux seconds », comme le remarque Christophe Diagne, l’un des auteurs de l’étude parue au printemps dernier dans Nature [1]), ne sont pourtant que la partie émergée de l’iceberg : seules les études les plus robustes (et dans des langues accessibles aux chercheurs) ont été reprises, et il existe bien entendu un nombre incalculable de cas non répertoriés, non étudiés, aux impacts non monétisables.

Ce chiffre affolant réveillera-t-il les décideurs ? C’est en tous cas ce qu’espèrent les chercheurs, car « les moyens mis en œuvre ne sont clairement pas suffisants », assène la biologiste Sonia Vanderhoeven, responsable scientifique de la plateforme belge pour la biodiversité. Alors même que les invasions sont massivement en augmentation, partout sur la planète.

Une liste noire

Mais de quoi parlons-nous ? Les espèces exotiques envahissantes sont des animaux ou des végétaux introduits par l’action de l’homme (volontairement ou pas) en dehors de leurs milieux naturels et qui se sont acclimatés et dispersés parfois avant de proliférer et d’avoir impact négatif sur l’environnement.

Ce dernier doit-il être avéré et démontré pour qu’une espèce soit déclarée « envahissante » ? Il n’y a pas de consensus à ce sujet, « mais si on attend que l’impact soit attesté, il est souvent déjà trop tard », détaille la biologiste. Certains scientifiques plaident donc pour une entrée anticipée des espèces à risque dans une liste noire…

Cependant les plantes ou animaux exotiques importés ne sont pas tous invasifs, loin de là. « Moins de 10 % d’entre eux posent problème, précise Etienne Branquart, ingénieur agronome de la Cellule interdépartementale espèces invasives du SPW, premier attaché du Département de l’étude du milieu naturel et agricole [2]. La plupart de nos cultures agricoles et maraîchères sont d’ailleurs composées d’exotiques. » Mais même s’il est très difficile de présager du futur en la matière, certaines caractéristiques permettent malgré tout de pointer des espèces à surveiller (lire encadré ci-dessous).

« La coccinelle asiatique a été commercialisée chez nous… et nos coccinelles à deux points ont à présent pratiquement disparu. »
Etienne Branquart (SPW)

Avoir posé problème ailleurs par exemple, dans les mêmes conditions environnementales, doit évidemment inquiéter. « C’était le cas de la coccinelle asiatique, introduite aux Etats-Unis dans le cadre de la lutte biologique quinze ans avant d’être importée en Europe, raconte l’agronome. Malheureusement, il n’y avait pas encore de cadre à l’époque, et malgré le constat qu’elle posait problème aux USA, elle a été commercialisée chez nous… et nos coccinelles à deux points ont à présent pratiquement disparu. »

Accompagnant les déplacements de l’homme, les espèces exotiques envahissantes se retrouvent partout aujourd’hui et les cas augmentent au fil de l’intensification des échanges internationaux. Les « Nouvelles routes de la soie », destinées à relier plus directement la Chine au monde et à l’Afrique notamment, font craindre aux écologues une recrudescence toujours plus massive des invasions biologiques potentielles.

En plus, la dégradation des milieux naturels peut les rendre sujets à la prolifération d’une espèce (y compris de natives d’ailleurs). Et le dérèglement climatique est un facteur aggravant. « Nous avons encore des périodes de gel, remarque Sonia Vanderhoeven, qui peuvent réguler certaines plantes ou insectes. Si elles diminuent, les risques d’envahissements augmentent. »

« Avec l’évolution des températures, de plus en plus de milieux deviennent compatibles entre eux », confirme Gauthier Dobigny, chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, au sein du Centre de biologie pour la gestion des populations. Tous les ingrédients sont donc présents pour que les invasions poursuivent leur progression, tant au niveau du nombre d’espèces que des lieux concernés par ces proliférations…

Ces invasions portent atteinte à la biodiversité, à la santé humaine et à l’économie.

Or les conséquences de ces invasions sont innombrables. On recense des atteintes majeures à la biodiversité, bien entendu – telle que celle engendrée par l’arbre miconia, surnommé le « cancer vert » et dont la couverture est si dense qu’aucune autre végétation ne peut survivre à ses côtés. Mais les nuisances concernent aussi la santé humaine : le moustique-tigre, porteur de la dengue, du chikungunya, du virus Zika, est un exemple connu, quand les fourmis de feu occasionnent 100 000 hospitalisations par an aux Etats-Unis. L’économie peut également être impactée : les moules zébrées bouchent les prises d’eau des centrales électriques au Canada, la jussie, une plante aquatique, obstrue les voies de navigation en Afrique.

« Sur l’Ile de Guam, le serpent brun arboricole a éliminé énormément de petits vertébrés, il n’y a pratiquement plus d’oiseaux, raconte Christophe Diagne, chercheur postdoctorant dans le laboratoire Ecologie, systématique et évolution (CNRS, université Paris-Saclay, AgroParisTech) mais il provoque également des coupures de courant intempestives en s’enroulant sur les poteaux électriques et en cassant les câbles. Les impacts sont parfois inattendus… Comme avec le crapaud géant en Australie : ses croassements sont tellement puissants que les habitants fuient les zones où il est implanté, faisant chuter les prix de l’immobilier. »

Mieux vaut prévenir…

La première mesure – et de très loin la plus efficace – est évidemment d’éviter les introductions. Mais comment convaincre des pouvoirs publics d’investir dans la biosécurité avant même qu’une invasion ait lieu et avant que les impacts ne soient perceptibles ? Là réside l’enjeu principal : les investissements consentis en amont seront à la fois bien plus efficaces et moins importants que ceux concédés après la découverte d’un envahissement.

En Europe, la régulation est basée sur une liste noire d’espèces « interdites de territoire » ou à réguler. « Cette liste est dynamique, détaille Sonia Vanderhoeven, des ajouts y sont faits en fonction d’analyses de risque. C’est un processus à la fois scientifique et politique qui concerne aujourd’hui une soixantaine d’espèces déjà présentes sur le territoire ou pas encore. » Certains plaident pour une inversion de la logique, avec la constitution plutôt d’une liste blanche, comprenant les plantes et animaux autorisés.

Les ports sont les portes d’entrée d’une multitude d’espèces.

« Le contrôle aux frontières est possible pour des espèces visibles et faciles à reconnaître, poursuit la biologiste, et les douaniers chez nous commencent à être formés, cependant il s’agit souvent de chercher une aiguille dans une botte de foin. » Les ports sont les portes d’entrée d’une multitude d’espèces et quelques pays vont par exemple pratiquer la fumigation générale des entrepôts pour tout tuer d’emblée. « C’est le cas dans des îles comme la Nouvelle Zélande qui ont connu des impacts très importants, elles ont une guerre d’avance par rapport à nous. »

Des réglementations internationales existent aussi pour les eaux de ballast : « Les bateaux doivent en contrôler le contenu, les relâcher en mer en cours de route, pour tuer ainsi les poissons d’eau douce qu’ils auraient éventuellement embarqués », décrit Camille Bernery. Mais du côté des frontières terrestres, qui n’existent évidemment pas pour les plantes et les animaux, la surveillance est encore plus complexe.

Reste alors à repérer la présence sur le terrain de ces espèces potentiellement nuisibles… Devant l’immensité de la tâche, la science citoyenne est aujourd’hui mise à contribution : des applications ou des sites internet permettent à tout un chacun d’entrer ses observations, qui servent ensuite à mettre en place des campagnes de gestion.

Trois pistes s’ouvrent, selon les cas : éradication, confinement, ou atténuation. La première est « vraiment à réserver aux cas extrêmes » pour Christophe Diagne. Si elle est appliquée, elle doit l’être radicalement et sur le long terme, sous peine de voir l’espèce visée ne jamais disparaître, voire même retrouver une nouvelle vigueur. Italie et Angleterre se sont ainsi toutes deux attaquées aux ragondins, mais avec des moyens et un suivi très différents. Les mammifères ont disparu du sol britannique… et augmenté en Italie, où ils causent à présent des dégâts chiffrés à plus de 10 millions d’euros par an. « C’est surtout une question d’ambitions. Plus on en a dès le départ, mieux cela va fonctionner, rapporte Etienne Branquart. Aux Pays-Bas, les rats musqués fragilisent les digues, et les conséquences potentielles sont gigantesques. Les calculs ont démontré qu’il était moins coûteux de les éliminer totalement et de piéger les frontières que de tenter de maintenir leur population sous le seuil de dommages. Mais aussi que c’était plus éthique : on tuera au final moins d’individus. »

Lorsque les populations sont trop nombreuses ou qu’on n’a pas les moyens de les éliminer, mais qu’elles sont concentrées à des endroits précis, le confinement peut être une solution. Les écureuils de Corée (ou tamia de Sibérie), très installés en Forêt de Soignes, y sont laissés tranquilles, mais sont supprimés s’ils sont découverts ailleurs. Enfin, si l’espèce est déjà présente un peu partout, on a recours à des opérations ponctuelles, là où les nuisances sont les plus importantes.

Prôner l’élimination, notamment pour des animaux, est une posture complexe, voire impopulaire.

Prôner l’élimination, notamment pour des animaux, et a fortiori s’ils sont « sympathiques », est une posture complexe, voire totalement impopulaire. Qui peut avoir envie de supprimer ces si pacifiques muntjac de Chine ou les élégants ibis sacrés (pourtant classés « à éradiquer » en Belgique) ? Ce sont des décisions politiques difficiles… « Quand je parle des chats, sur lesquels on peut tirer à vue en Australie, on me répond quelquefois par des pleurs dans l’assistance !, témoigne Camille Bernery. Pourtant ces animaux ont provoqué l’extinction de beaucoup d’espèces, entre autres de petits rongeurs. Avec des conséquences en chaîne : sans petits mammifères pour les dégrader, les feuilles mortes s’accumulent, ce qui augmente le risque d’incendie. »

Dans certains cas, la lutte biologique est possible, et semble une « voie prometteuse » selon Etienne Branquart. « Mais il faut être prudent, pour ne pas introduire des organismes qui s’attaquent à d’autres espèces que celles ciblées… » Et ne pas revivre l’histoire des coccinelles. Ailleurs, ce sont des individus stériles qui sont introduits dans le milieu pour ralentir le taux de reproduction.

Prioriser les urgences

Des gestes de prévention sont également applicables : nettoyer soigneusement ses filets de pêche, les roues des tracteurs, être très prudent avec les terres de remblais, etc. Ces gestes simples peuvent être utiles pour éviter la propagation. En Belgique, le projet LIFE AlterIAS conscientise le secteur horticole quant à certaines espèces à ne plus commercialiser et planter. Une gestion basée sur l’écologie peut aussi être mise à profit, en réfléchissant à la limitation des risques : « Pour lutter contre les rongeurs par exemple, cite Christophe Diagne, veiller à aménager les habitations, surveiller leur salubrité pour éviter les zones refuges… On peut agir sur l’environnement. » Nous ne sommes donc pas totalement démunis. « Certes, inverser la courbe semble impossible, mais il faut bien commencer quelque part. Et chaque pas en avant est important et est un pas gagné. »

« Un écosystème perturbé résiste moins bien au dérèglement climatique. »
Sonia Vanderhoeven (Plateforme belge pour la biodiversité)

« C’est difficile de communiquer sur quelque chose d’incertain, constate Sonia Vanderhoeven. On essaye de convaincre les pouvoirs publics qu’il faut être plus proactif et agir avant que les impacts ne soient visibles, mais c’est un fameux challenge. Les ressources sont limitées et insuffisantes. Nous avons plus de trois mille espèces exotiques en Belgique, et un tiers voire la moitié sont en recrudescence, donc éventuellement à risque. Il faut prioriser, déterminer les urgences… » Depuis janvier dernier, un projet LIFE (Riparias [3]) a ouvert la collaboration entre scientifiques et décisionnaires de toutes les régions, à l’échelle de trois bassins versants. « C’est un bel exemple d’action positive. »

La chercheuse en appelle à un vrai changement de mentalité, à une prise de conscience de la hauteur des enjeux. « Evidemment, cela va à l’encontre de notre logique de mondialisation, de libre échange… Mais nous sommes face à une menace majeure sur la biodiversité, qui ne concerne pas que quelques espèces emblématiques. Et un écosystème perturbé résistera moins bien au dérèglement climatique. »

Laure de Hesselle
Article publié dans Imagine, n°145, juillet-août 2021
Photo : © LIFE – RIPARIAS

[1] Ch. Diagne, B. Leroy, A.-C. Vaissière, R.E. Gozlan, D.Roiz, I.Jari?, J.-M. Salles, C.J.A. Bradshaw & F. Courchamp, « High and rising economic costs of biological invasions worldwide », Nature, mars 2021.
[2] Et auteur avec Guillaume Fried de Les espèces envahissantes d’ici et d’ailleurs, Gerfaut, 2016.
[3] Surveillance et gestion coordonnée des plantes aquatiques et rivulaires et des écrevisses exotiques à l’échelle des bassins versants de la Dyle, de la Senne et de la Marcq.

Des caractéristiques communes

Les espèces tolérantes à une grande variabilité environnementale, qui ont un spectre alimentaire large et/ou un temps de reproduction très court, qui produisent beaucoup de graines ou de petits, sont naturellement susceptibles de devenir envahissantes. « Des recherches sont en cours par exemple sur les fourmis, détaille Christophe Diagne. On étudie les traits écologiques des exotiques envahissantes et analyse si ces traits se retrouvent chez des espèces natives – qui seraient alors susceptibles de devenir envahissantes ailleurs. » Comme le souligne l’écologue, ce n’est pas l’espèce végétale ou animale en tant que telle qui est problématique, mais bien son introduction dans un nouveau milieu.
C’est implantée dans un autre biotope qu’elle va pouvoir proliférer parce que ses prédateurs ne l’ont pas accompagnée par exemple, qu’aucun insecte ou champignon ne dévore ses feuilles ou ne dégrade ses racines. « La renouée du Japon peut ainsi atteindre chez nous deux fois la taille qu’elle a en Asie », témoigne Etienne Branquart.
Les proies locales sont aussi quelquefois désarmées face à ces nouvelles arrivantes : « Les abeilles asiatiques peuvent faire face à ‘‘leur’’ frelon, car les espèces ont co-évolué ensemble, poursuit l’agronome. Elles se rassemblent en boule autour de lui pour le réchauffer et l’éliminer. Les européennes, elles, n’ont pas encore trouvé de comportement de défense. » Peut-être réussiront-elles à trouver la parade, mais dans combien de temps ?
Autre phénomène, celui des agents pathogènes que ces espèces peuvent apporter dans leurs bagages : elles sont porteuses saines, mais les plantes ou animaux locaux ne disposent pas de défenses contre ces maladies et se font décimer. La peste des écrevisses nord-américaines fait dépérir leurs cousines européennes, les populations d’écureuils roux diminuent dramatiquement au Royaume-Uni, remplacées par les écureuils gris de Caroline, porteurs d’un virus mortel…
L.d.H.

Laisser une réponse