Glossaire P /2

Paludisme

1 commentaire »

Paludisme : On compte encore 300 millions de personnes atteintes de paludisme et plus d’un million de décès par an.
Un problème qui va crescendo en partie à cause de la dégradation des services de santé, des changements climatiques et environnementaux, des conflits et de leurs migrations et de la généralisation de la pauvreté. Sans compter que les parasites résistent de plus en plus aux médicaments. Dans les pays africains les plus frappés, ce fléau a provoqué un ralentissement de la croissance économique de 1,3% par an.


Pauvreté

Aucun commentaire »

« La pauvreté est l’absence d’une ou plusieurs des sécurités – notamment l’emploi – permettant aux personnes et aux familles
– d’assumer leurs obligations professionnelles, familiales et sociales
– de jouir de leurs droits fondamentaux
L’insécurité qui en résulte peut être plus ou moins étendue, avoir des conséquences plus ou moins graves et définitives.
Elle conduit à la grande pauvreté
– quand elle affecte plusieurs domaines de l’existence
– qu’elle devient persistante
– et compromet les chances de réassumer ses responsabilités et de reconquérir ses droits par soi-même, dans un avenir prévisible. »

Définition de la pauvreté dans le Rapport Général sur la Pauvreté


Permaculture

Aucun commentaire »

« L’agriculture est l’activité la plus destructrice sur la face de la Terre. Elle est responsable de l’empoisonnement de 60 % de nos ressources d’eau et elle modifie la plupart de notre paysage. L’activité minière a un moindre impact quant à la destruction du sol ». C’est ce qu’un tel Bill Mollison a écrit – sans beaucoup de nuances – dans un article en 1997. Ce monsieur australien est censé être le père de la permaculture.

« Permaculture », kesako ? Culture permanente est l’étymologie du mot. Le but est de créer un environnement autosuffisant et stable qui n’utilise que ses propres ressources pour se reproduire. Les cultures – surtout plantes vivaces et arbustes – sont ‘permanentes’ car leurs variétés les aident à combattre les parasites. Toutes sortes d’insectes et autres animaux (vers, oiseaux, hérissons, taupes…) ont leur rôle fondamental dans cet « agro-écosystème ». L’homme, lui, n’est qu’un acteur qui collabore avec le reste de l’équipe pour la bonne réussite de l’ouvrage final. Il observe les interconnexions de la nature, en les respectant, et il n’intervient que pour collaborer avec celle-ci.

L’agriculture du « non-agir »

Du même bord que Mollison , le japonais Masanobu Fukuoka, lui aussi, a dédié sa vie à développer une méthode de culture naturelle. Après de nombreux essais et pas mal d’échecs, il s’est demandé si ce n’était pas mieux de « ne pas faire », plutôt que de faire. Il a, alors, formulé le concept d’« agriculture du non agir ». Il a d’abord aidé la nature à reprendre l’espace que plusieurs années d’agriculture intensive lui avaient ‘volé’. Ensuite, il a cessé de labourer sa terre, de désherber et d’utiliser des produits chimiques ou du compost préparé . Il a finalement élaboré une méthode qui ne produit aucun type de pollution et qui ne nécessite pas d’énergie fossile.

En dehors de cela, il en a tiré une production identique – ou même supérieure – à celle d’une ferme moderne japonaise. « Mes champs sont peut-être les seuls au Japon à ne pas avoir été labourés depuis plus de vingt ans, et la qualité du sol s’améliore à chaque saison. J’estime que la couche supérieure, riche en humus, s’est enrichie sur une profondeur de plus de douze centimètres durant ces années. Ce résultat est en grande partie dû au fait de retourner au sol tout ce qui a poussé dans le champ, sauf le grain» .


Permafrost

Aucun commentaire »

Permafrost : sols perpétuellement gelés des zones arctiques.


Pesticide

Aucun commentaire »

Pesticide : produit chimique destiné à la protection des cultures et des récoltes contre les parasites, mauvaises herbes (herbicide), insectes (insecticide), etc.


Photosynthèse

Aucun commentaire »

Photosynthèse : production de glucides par les plantes et certaines bactérie à partir de l’eau et du gaz carbonique de l’air qu’elles peuvent fixer grâce à la chlorophylle, en employant comme source d’énergie la lumière solaire.


PIB

2 commentaires »

PIB : Le produit intérieur brut (PIB) est la valeur marchande de tous les biens et services produits dans une année à l’intérieur des frontières d’un même pays. Il s’agit de la mesure type de la taille globale de l’économie de ce pays.
Plus d’infos sur Wikipedia


Plan de Déplacement des Entreprises

Aucun commentaire »

Plan de Déplacement des Entreprises : Le PDE, Plan de Déplacement des Entreprises vise à concilier le transport et les autres enjeux commerciaux dans un plan de mobilité vert visant un meilleur usage des ressources des entreprises et une utilisation plus appropriée des véhicules. Il s’agit de la promotion des transports en commun, des bus d’entreprises, du co-voiturage, du vélo, de la marche, etc.


Plan de Déplacement Scolaire (PDS)

Aucun commentaire »

Plan de Déplacement Scolaire (PDS) : Ensemble des mesures et aménagements imaginés par un ou plusieurs établissements scolaires en vue d’améliorer la sécurité, la fluidité du trafic et la qualité de vie aux abords de (ses) leurs bâtiments. Le tout en diminuant l’usage de la voiture et en privilégiant donc, des modes de transport alternatifs comme le vélo, la marche à pieds, le bus, le train…


Pneumonie

Aucun commentaire »

Pneumonie : Pus de 4 millions de personnes meurent chaque année d’infections respiratoires aiguës, comme la pneumonie, principale cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans.
Dans 99% des cas, ces enfants vivent dans les pays en développement.


PNUD

Aucun commentaire »

Le Programme des Nations Unies pour le développement est le réseau mondial de développement des Nations Unies. Il prône le changement et relie les pays aux connaissances, expériences et ressources nécessaires pour améliorer la vie de leurs citoyens.

Définition reprise sur le site : www.undp.org/french/


Précompte immobilier

Aucun commentaire »

Précompte immobilier : Taxe à payer chaque année par le propriétaire d’un immeuble, maison, appartement, au fisc belge. Il n’est pas déductible. Dans la région bruxelloise, le taux moyen du précompte est de ± 40 % du revenu cadastral indexé.


Prix-vérité

Aucun commentaire »

Le prix de l’eau, fixé par la commune, est conditionné par les travaux de prospection d’aquifère, le pompage, le traitement, le transport de l’eau, le stockage et la distribution, l’évacuation, l’élimination, l’épuration, l’entretien, l’amortissement du matériel, … On parle de prix-vérité de l’eau qui tient compte du coût réel de l’eau. C’est-à-dire d’un coût intégrant non seulement les frais de production, de transport et de distribution mais également ceux de la protection et de l’épuration de cette ressource naturelle. On comprend alors que le prix de l’eau peut encore augmenter dans les années à venir! D’aucuns estiment que l’eau du réseau de distribution pourrait bien doubler voir tripler dans les prochaines années, c’est-à-dire de passer d’un prix moyen de 1,25 EUR/m3 à 2,5 voir 3,75 EUR/m3.
Source : Réseau Eco-consommation


Protocole de Kyoto

1 commentaire »

En décembre 1997 s’est tenue la conférence de Kyoto, en réalité « la troisième Conférence des Parties signataires de la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique ». C’est lors de cette conférence que fut adopté le Protocole de Kyoto, visant à diminuer de 5,6% les émissions de gaz à effet de serre de l’ensemble de la planète d’ici 2012 (par rapport aux émissions de 1990).

Ce traité, entré en vigueur en février 2005, a été ratifié à ce jour par 156 pays. Les Etats-Unis et l’Australie restent parmi les seuls pays industrialisés à ne pas l’avoir signé. Les pays signataires sont encore loin d’atteindre les chiffres auxquels ils se sont engagés. La Belgique doit réduire ses émissions de 7,5% d’ici 2008-2012. Dans un rapport publié en octobre 2006, l’Agence Européenne de l’Environnement annonçait que la Belgique devrait à peine atteindre les 6,6%.


Puits canadien ou puits provençal

1 commentaire »

(voir les sites www.ideesmaison.com et www.ekopedia.org) est un système qui permet non seulement de réduire les températures en été avec une moindre consommation électrique mais également de diminuer la consommation de chauffage en hiver. Le principe de cette climatisation naturelle consiste à utiliser l’inertie thermique du sol à l’aide d’un tuyau enterré à plus ou moins 2 mètres de profondeur pour prélever l’air à l’extérieur et le faire circuler ensuite pour ventiler les bâtiments. Sachant qu’en moyenne, la température du sol à 2m profondeur est d’environ 15° en été en 5° en hiver, le puits canadien évite les incontournables déperditions d’énergie et une climatisation à tout va.