Créativité collective pour mieux coexisterReportages

2 avril 2009

fresqueSous les pinceaux frénétiques des enfants du fondamental et des élèves d’art du secondaire, une fresque collective s’est dessinée dans la cour de récré de l’Institut des Filles de Marie. Un projet suscitant la créativité et la reconnaissance, avec l’intervention d’un artiste peintre, et qui poursuit l’ambition d’améliorer le quotidien de la cour.

Davantage de bien être et de respect mutuel dans la cour de récré. Un réel défi pour l’Institut des Filles de Marie dont l’espace récré accueille à certains moments de la journée l’ensemble des 1000 élèves des maternelle, primaire et secondaire de l’école saint-gilloise (Bruxelles). Une préoccupation en complète cohérence avec la démarche des ateliers « partage » proposés par le peintre Blaise Patrix. « Les ateliers « partage » offrent une grande liberté d’expression, explique l’artiste. Installé autour d’un cercle, tout le monde s’exprime dans le sens de l’intérêt collectif. Le principe du partage tend vers la responsabilisation personnelle. » Ces ateliers créatifs donnent naissance à des oeuvres collectives, dans lesquelles tous les participants se reconnaissent et qui permettent d’embellir un cadre de vie. Entre l’école et l’artiste, la collaboration allait de soi…

Fresque collective

Etalée sur une année scolaire, la première phase du projet a débuté en septembre 2006 et concernait le plus long mur de la cour de récréation. « L’idée était de travailler un espace commun (couloir, cour, cantine…) afin de faire respecter et coexister les territoires de chacun, souligne Maria-Angèles Rodriguez, médiatrice de l’école. Le choix s’est porté sur le mur de la cour. Cour en forme d’entonnoir qui fait penser à une prison. » Des ateliers « partage » ont réuni d’abord tous les enseignants du fondamental et la responsable des cours d’art en secondaire, ensuite les élèves de maternelle et de primaire, par classe. En secondaire, les élèves d’art étaient invités à participer sur base volontaire le temps d’une après-midi. Ces ateliers invitent chacun à déposer sa créativité sur un énorme papier commun disposé au sol. « Les ateliers « partage » c’est retrouver ce qui est à mon sens une utilité fondamentale de l’art à savoir : cultiver de la reconnaissance , reconnaissance de soi, des autres, par les autres, explique Blaise Patrix. Par conséquent, c’est œuvrer à créer du lien social et favoriser le respect de son environnement. »

Partage dans le métro
Les ateliers partage n’en sont pas à leur coup d’essai. Blaise Patrix a entrepris cet exercice créatif avec des structures et des publics multiples. Les stations du métro bruxellois font partie de ses lieux d’intervention. Les passants sont invités à s’exprimer sur de longues bandes de papier au sol. A partir de quoi, l’artiste crée une composition graphique destinée à être exposée dans la station. Comme ce projet de fresque dans un couloir de la station « Belgica », à la demande de la STIB (la société bruxelloise de transport public), en collaboration avec Coordination Environnement (Coren) asbl, la Fondation Polaire Internationale, le WWF et le Projet Inter Quartier du Centre culturel de Jette. Suite à une première étape de sensibilisation auprès du tissu associatif local et des établissements scolaires, un atelier créatif s’est tenu dans le couloir Arc en ciel de la station. Thème central : la responsabilité personnelle dans le développement durable. L’occasion aussi de faire redécouvrir le lien entre le navire d’exploration polaire Belgica et la station de métro du même nom.

Après ces temps d’échanges en atelier, vint celui de la réalisation de la fresque en elle-même. Une semaine durant, classe par classe, les élèves habillés de leur tablier ont défilé dans la cour, pinceau de chantier à la main. Les dessins aux couleurs vives se sont étalés petit à petit. Bonhommes aux larges sourires et autres formes colorées, les tous petits s’en sont donnés à cœur joie. Montagnes et lacs, arbres et fleurs, les élèves du primaire ont quant à eux de toute évidence puisé leur inspiration dans leurs récentes classes vertes. Volant dans le ciel pour atterrir tout droit dans les poubelles prévues à cet effet, canettes, bouteilles et autres détritus minutieusement représentés par les élèves d’art rappellent un projet plus large développé parallèlement en secondaire autour du tri des déchets. En tout, 500 élèves âgés de 3 à 17 ans sont venus apposer leur petite touche de gouache créant ainsi 600m2 de créativité dans la cour. Chacun essayant de respecter l’œuvre de l’autre. Philippe Haeck, directeur du fondamental, s’en réjouit : « Petits et grands ont partagé beaucoup pendant l’élaboration de la fresque. Ce fut un vrai travail participatif et collectif, qui a impliqué différents acteurs de l’école : élèves, enseignants, directeur, personnel ouvrier… »

Du mur au sol

Suite à la création de la fresque et toujours aux côtés de Blaise Patrix, une réflexion s’installe autour de la répartition des espaces de jeux, afin de trouver un terrain d’entente face aux conflits récurrents. « Le conseil des enfants a proposé les jeux auxquels les enfants jouent et les zones correspondant à ces jeux, raconte Maria-Angèles Rodriguez. Ici les jeux de ballon, là la zone élastique et corde à sauter, plus loin l’espace danse, sans oublier le coin papote ou encore les jeux calmes. » Des dessins sont ensuite réalisés dans chaque classe autour de la symbolique des différents jeux. Dessins à partir desquels Blaise Patrix crée des compositions graphiques qui sont suggérées au conseil des enfants. « Un va et vient constant s’est installé entre eux et moi, se félicite l’artiste. Toutes les options sont discutées en cours de projet. » Une manière de maintenir la participation des élèves, puisque cette fois, pour cause d’organisation, seul l’artiste détiendra le pinceau pour le marquage au sol des zones de jeux… prévu d’ici peu.

Céline Teret
Article publié dans Symbioses (dossier « Education à l’environnement : réveillez l’artiste qui sommeille en vous! » – n°81), le magazine d’Education relative à l’Environnement du Réseau IDée

En savoir plus :

  • Institut des Filles de Marie – 02 537 78 51
  • Les ateliers « partage » – 0478 56 31 33 – contact@lesatelierspartage.com – www.lesatelierspartage.com
  • Lire aussi le dossier « Education à l’environnement : réveillez l’artiste qui sommeille en vous! » de Symbioses (n°81 – hivers 2008-2009), le magazine d’Education relative à l’Environnement du Réseau IDée

Laisser une réponse