A l’assaut des mégacentres commerciauxFocusReportages

20 décembre 2011

Un nouveau centre commercial à Bruxelles ? Non… Trois, s’il vous plaît ! La capitale et ses alentours proches sont dans le collimateur de trois projets de mégacentres commerciaux. La « Plate-forme interrégionale pour une politique économique durable » a baladé, en bus, des parlementaires bruxellois et des habitants à la découverte de ces 3 projets et de leurs répercussions alarmantes, notamment sur la mobilité et les commerces existants.

La Plate-forme interrégionale pour une politique économique durable est composée pour l’instant des associations suivantes : Bond Beter Leefmilieu, le Bral (Brusselse Raad voor het Leefmilieu), IEB (Inter-Environnement Bruxelles), l’UCM-Bruxelles, ACV Regio Halle-Vilvoorde, CSC Bruxelles, ACW Brussel Halle-Vilvoorde et Unizo Regio Vlaams-Brabant en Brussel. Elle a vu le jour en avril 2010 suite à la présentation et à la surenchère de nombreux projets de prestige au sein de la Région de Bruxelles-Capitale et de la périphérie flamande autour de Bruxelles notamment la multiplication des projets de centres commerciaux et de bureaux et cela sans la moindre amorce d’une concertation interrégionale.
Au sujet des centres commerciaux, la Plate-forme plaide pour :
- le renforcement des centres animés, prospères et dynamique : au sein des centres urbains, privilégier les projets commerciaux à dimension humaine et le redéveloppement de noyaux
commerçants de proximité dans les quartiers ;
- une cohérence entres les régions (ici : Bruxelles et Flandre) : le développement économique d’une région ne doit pas se faire au détriment de celle d’une autre, mais bien en complémentarité ;
- une économie qui favorise une mobilité durable ;
- une approche locale endogène (tournée vers le marché local) et des emplois stables et adaptés (bonnes conditions de travail, nuisances environnementales minimisées au maximum, embauche de personnes peu qualifiées ou faisant l’objet de discriminations, etc.).
>> Voir le texte fondateur de la plate-forme (pdf)

Ils s’appellent « Néo », « Uplace » et « Just under the Sky », et sont situés respectivement sur le plateau du Heysel à Laeken (Bruxelles), à Machelen (Flandre) et sur le site Godin à Laeken (Bruxelles). 10 petites minutes suffisent au bus pour passer d’un site à l’autre. Se pose d’emblée la question de l’utilité de développer 3 mastodontes à une distance si proche…

Sous une pluie battante, le bus fait halte devant chacun des sites. Différents partenaires de la « Plate-forme interrégionale pour une politique économique durable » (lire encadré) défilent au micro, présentant l’état des lieux aux parlementaires et habitants vissés dans leur fauteuil. Trois mégacentres, de très grande envergure donc, avec des commerces (e.a. 70 000 m2 pour Néo et 55 000m2 pour Uplace… à titre comparatif, le plus grand shopping center dans le centre de Bruxelles – City2 – occupe 30 000 m2) et des parkings (e.a. 15 000 places pour Néo). Certains projets seront assortis de bureaux et de logements (probablement privés et luxueux afin de rentabiliser les investissements). Le projet Uplace prévoit même l’implantation d’hôtels et d’un cinéma… Rien que ça!

Lorsqu’on passe au crible les conséquences environnementales, sociales et économiques de tels projets, il y a de quoi s’étrangler : une mobilité engorgée, l’étouffement des petits commerces des centres urbains, des coûts démesurés (e.a. 900 millions d’euros pour Néo), une création toute relative d’emplois…
A Machelen, par exemple, le projet Uplace prévoit 25 000 visiteurs par jour, soit environ 12 000 voitures si on imagine un « covoiturage » en couple. La société Touring (qui n’a aucun intérêt à se mobiliser contre les véhicules automobiles puisque c’est son gagne-pain) estime 4 km d’embouteillages supplémentaires, soit 1h d’attente en plus.
Côté emplois, le risque est d’en faire perdre au sein des commerces actuellement actifs dans les centres villes alentours, mais aussi que ces 3 projets entrent en concurrence (une enseigne aura très rarement la possibilité financièrement de s’installer dans les 3 centres commerciaux à la fois) et donc ne créent que peu d’emplois.
Quant au projet Just under the sky sur le site des anciennes poêleries Godin, il met en péril le plus ancien patrimoine industriel complet à Bruxelles…

Découvrez l’ensemble de ces 3 projets et les arguments développés par les associations plaidant contre leur développement sur le site d’IEB :
www.ieb.be/Un-tour-en-bus-contre-trois

La ville appartient à tous ses habitants. Alors, tenons-nous au courant de ce qui risque de se construire demain dans et autour de nos villes…

Céline Teret, Réseau IDée

Le plateau du Heysel devrait accueillir Néo

Uplace prendra place sur ce terrain en friche à Machelen

Passage à proximité du site Godin, convoité par le projet Just under the sky

En savoir plus :

2 commentaires sur “A l’assaut des mégacentres commerciaux”

  1. [...] Lire aussi sur Mondequibouge.be un précédent article : A l’assaut des mégacentres commerciaux [...]

  2. [...] Voir et lire aussi : > Ikea Mons, le bonheur est-il vraiment dans les prés ? Au travers des témoignages de commerçants montois, ce court reportage pointe les répercussions qu’aura l’ouverture d’un nouvel Ikea sur les commerces de proximité. Très intéressant et, pourquoi pas, à utiliser comme outil de sensibilisation. > Ikea : un modèle à démonter (O. Bailly, J.M. Caudron, D. Lambert, éd. Luc Pire, coll. Voix durables, 2006), un ouvrage qui pointe les faux-semblants de la boîte suédoise se prétendant respectueuse de l’environnement et des travailleurs. > A propos d’autres projets de centres commerciaux, à proximité de Bruxelles cette fois, lire aussi sur Mondequibouge.be Centres commerciaux montres et A l’assaut des métacentres commerciaux [...]

Laisser une réponse