Antoine, jeune mobilisé pour le climatGestes pratiquesReportages

12 mars 2019

« L’écologie et la justice climatique sont les deux enjeux les plus importants auxquels fait face notre génération. » Depuis plusieurs semaines, Antoine, 17 ans, prend part à la mobilisation des jeunes pour le climat. Il nous en parle et appelle à la participation de toutes et tous ce vendredi 15 mars lors de la marche mondiale pour le futur.

« Je m’appelle Antoine Langlet, je suis en rhéto à l’I.P.E.T à Nivelles et je manifeste pour le climat toutes les deux semaines depuis maintenant six semaines. J’ai entendu parler du mouvement au deuxième acte et j’ai sans hésiter décidé d’y participer la semaine suivante. Beaucoup d’étudiants de l’I.P.E.T. et de Nivelles en général sont allés manifester cette semaine-là.

Par la suite l’engouement n’a cessé de diminuer au cours des semaines. Parce qu’une partie des étudiants partis manifester ne portaient pas grand intérêt à l’écologie et qu’il s’agissait d’une bonne excuse pour manquer une journée de cours. Mais aussi parce que beaucoup d’étudiants ne peuvent plus y aller à cause des demi-jours d’absence injustifiée que cela entraine. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’une politique climatique ambitieuse et contraignante. On ne peut plus se permettre d’attendre si on veut espérer avoir un avenir sur cette planète. Or, les règles imposées ne permettent pas aux étudiants d’aller manifester et donc de mettre une pression sur l’état en vue d’une politique climatique plus ambitieuse.

« Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’une politique climatique ambitieuse et contraignante. On ne peut plus se permettre d’attendre si on veut espérer avoir un avenir sur cette planète. » Antoine

J’ai décidé de prendre part à ces marches car je pense être resté trop longtemps inactif en ce qui concerne l’écologie et la justice climatique. Il était temps pour moi de me réveiller et de commencer à agir sur les deux fronts à la fois. Les deux fronts de l’écologie sont le politique local et le politique fédéral. Il faut travailler parallèlement sur les deux niveaux de pouvoir si l’on veut obtenir des résultats concluants dans les délais les plus brefs. Aujourd’hui, le local et le fédéral se refilent la patate chaude et aucun ne semble prêt à prendre ses responsabilités. De plus, les citoyens accusent les états d’inactions et les états accusent les entreprises d’être à l’origine de tous les maux de la terre. Il y quelques jours encore, l’Etat français a refusé de reconnaitre sa part de responsabilité dans ce qui a été appelé « l’affaire du siècle » (1). Et, du côté des citoyens, seule une faible partie de la population change profondément son mode vie et de consommation pour le rendre durable.

Ce vendredi 15 mars aura lieu la plus grande action en faveur du climat jamais organisée. J’invite tout un chacun, étudiants ou pas, à y prendre part pour des raisons évidentes. J’y serai bien évidemment.

Si je devais résumer mon témoignage en un message, ce serait le suivant. Qui que vous soyez : état, politicien, industriel ou simple citoyen, sachez que l’heure n’est plus à la discorde mais à la réconciliation. Nous sommes tous responsables de l’état dans lequel est notre planète et, par conséquent, nous avons tous le devoir de réparer nos torts qui que nous soyons. Je pense que l’écologie et la justice climatique sont les deux enjeux les plus importants auxquels fait face notre génération. »

Antoine Langlet

(1) En France, des organisations non gouvernementales (ONG) ont décidé d’attaquer l’Etat en justice pour « inaction climatique ». Leur pétition a recueilli plus de 2 millions de signatures.

Ce vendredi 15 mars 2019, des dizaines de milliers de jeunes de plus de 50 pays se mettront en « grève mondiale pour le futur ». UN signal fort pour « réveiller les politiciens » et demander des mesures ambitieuses pour réduire les émissions de CO2 et de ne pas dépasser un réchauffement de 1,5º C.
En Belgique, à l’appel de Youth for Climate, plusieurs actions sont à l’ordre du jour. C’est surtout à Bruxelles que les jeunes marcheront en nombre. Des jeunes qui lancent un appel à participation à tous les citoyens et toutes les citoyennes, de tous âges, pour venir renforcer les rangs à cette occasion.
Quelques moments phares au programme du 15/03, en Belgique :
- A Bruxelles, grande marche de 13h30 à 15h30 à Bruxelles, au départ de la Gare du Nord. Ainsi que des concerts et ateliers de sensibilisation à la question climatique.
- A Liège, sit-in et discours de 10 à 12h, sur la Place des Guillemins (face à la gare). Puis départ en train pour Bruxelles.
- A Arlon, rassemblement à la Place Léopold à 10h30, suivi de discours. À 10h45, départ de la marche qui se terminera vers 12h30/13h, à la Plaine des Manœuvres.
Plus d’infos sur https://www.facebook.com/Youthforclimatefr/

Laisser une réponse